Processus de montée de sève

Au cours de deux derniers mois de la saison de sa croissance le bouleau va stocker les sucres produits sous forme de grains d’amidon. L’amidon est une réserve d’énergie qui permet à l’arbre d’économiser l’eau puisqu’il a l’avantage d’être emmagasiné sans être dissous durant la période hivernale. Lors du réchauffement printanier du sol, cet amidon se décompose par hydrolyse (eau) en sucres simples et redevient à nouveau du sucres utilisables par les cellules. La présence de glucides simples augmente le potentiel osmotique interne des cellules et plus d’eau pourra être absorbée par les racines.

Durant la même période, les racines commencent à dégeler et leurs poils absorbants (radicelles) absorbent non seulement les sucres mais également une concentration élevée de nutriments sous forme ionique, tels que le potassium et le calcium. Les racines vont dépenser beaucoup d’énergie à pomper activement les ions à l’intérieur de leur stèle (cylindre central). La concentration des ions et des sucres aspirera l’eau a l’intérieur de la stèle des racines créant une pression qui forcera l’eau, les ions dissous et les sucres à grimper, contre la gravité, jusque dans la tige de l’arbre.

La poussée ascendante qui en résulte s’exerce sur la sève brute dans le xylème (aubier/cœur) et porte le nom de pression racinaire. Ce processus de transport de la sève permettant la coulée printanière peut apparaitre à n’importe quel moment, de jour comme de nuit. Le cycle lunaire a bien sur son importance, la coulée de sève étant toujours plus importante en période de lune montante. Si le cycle gel-dégel n'influence pas la montée de sève, les gelées tardives peuvent cependant ralentir la coulée, si la sève gèle en sortant de l'arbre. La période de montée de la sève est très courte (deux semaines en général, jusqu’à quatre maximum) et se termine avant l'éclosion des bourgeons.